Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 décembre 2016 1 05 /12 /décembre /2016 19:42
Mais qui es-tu enfin, toi la louve, toi l'étrangère,
Ainsi qui sans façon, sans gêne, un pâle matin d'hiver,
Rendue ici, au levant, bouleverser mon univers?
Idéale que n'attendais-je pas au pas de ma demeure,
Or tu la fracassais déjà, à grand coup de bonheur?
 
Ne m'enlevais-tu pas alors, fière dans ton armure de soie,
Tu as alors fait de moi, toi l'aigle, ta proie.
N'étais-je qu'un pantin asservi sous ton regard,
Entravé dans tes bras, toi l'orgueilleuse, moi le blafard,
Je n'avais qu'à me laisser porter à l'allure de l'espoir.
 
Retranché que j'étais dans ma forteresse garçonnière,
Tu as su démolir tant d'efforts en un battement de paupière;
Et voici déjà que disparaissent tant d'années à vivre sans exister
N'entends-je plus que ton cœur à la place du verbe aimer.
Il n'aura fallu que tes yeux et ta voix pour m'y conjuguer.

Partager cet article

Repost 0
Published by Morgurgh
commenter cet article

commentaires

domilouline 24/12/2016 11:26

lumière tamisée
câlin autorisé
inconnue découverte
coeur entrouvert
deux corps se découvrent
deux esprits se trouvent

Présentation

  • : Errer n'est pas jouer.
  • Errer n'est pas jouer.
  • : Doutez de tout, y compris de ce que vous allez lire.
  • Contact

Recherche

Catégories