Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
25 octobre 2013 5 25 /10 /octobre /2013 08:48

L'Homme.

 

J'ai croisé un homme, qui me semblait inconnu. 

Sa démarche, me semblant quelque peu étrange,

Qui était-ce, ce malheureux, cet incongru;

Parlant à mon oreille comme un rêve qui dérange?

 

 

J'ai croisé un homme, ce visage cerné et fermé.

Nous nous sommes longuement toisés du regard,

Comme pour nous apprécier, nous jauger,

Cherchant à se déstabiliser en prenant du retard.

 

 

J'ai croisé un homme, au regard épaissit,

Ses yeux noirs me fixaient, me défiaient.

J'ai voulu alors connaître les abysses de sa vie,

J'y sentais autant de peine, de courage, de volonté.

 

 

J'ai croisé un homme, mon âme me pria d'y voir

Un geste de salut, un signe de notre destin,

Alors sans dire un mot,  je lui ai tendu la main.

Ce matin, j'ai croisé un homme, au détour d'un miroir.

Repost 0
Published by Morgurgh
commenter cet article
14 octobre 2013 1 14 /10 /octobre /2013 15:13

Tu sais, je ne suis pas très fort en larmes,

Quant il s'agira pour moi de te retenir.

Il aurait fallu en faire un petit mélodrame;

Lorsque sera venue l'heure pour toi de partir.

 

 

Tu sais, je ne suis pas très fort en main,

Quant il s'agira pour moi de te consoler.

Il aurait fallu me parler de tes petits chagrins,

Lorsque sera venue l'heure pour toi de pleurer.

 

 

Tu sais, je ne suis pas très fort pour me faire pardonner,

Lorsque sera venue l'heure pour toi d'avoir raison,

Quant il s'agira pour moi de m'excuser.

 

 

Il aurait fallu qu'on sache avant tout s'apprivoiser.

Mais tu sais, je suis très fort pour la passion,

Quant il s'agira pour nous de nous aimer.

Repost 0
Published by Morgurgh
commenter cet article
7 octobre 2013 1 07 /10 /octobre /2013 09:01

Dans la course au temps, on ne m'a pas attendu,

Vous êtes en tête de peloton, rien ne semble vous arrêter.

Moi je suis derrière, je traîne le pas, un peu abattu,

A ce petit jeu-là, je n'aurai pas voulu gagner.

 

Les années passent et les anniversaires voient grandir,

Vos mômes, plus ou moins légitimes, plus ou moins nombreux.

Ainsi faites-vous maintenant une course à plusieurs sourires,

Parfois des rires dans vos bras fatigués mais heureux.

 

Je fais figure de proue, aux repas et aux soirées,

En bout de table, Capitaine esseulé d'un ensemble de duos.

Entre deux larmes de chutes, un biberon, ou un baisé,

Je tiens le cap, le treizième à table est parfois bien isolé.

 

Alors ne m'en voulez pas, si un jour, de désespoir et sans regret

Peut-être un jour s'accrochera à mon bras, un fier amour.

On se contera nos histoires, et peut-être nos futurs succès;

A ce petit jeu-là, j'aurai bien aimé gagner.

Repost 0
Published by Morgurgh
commenter cet article
12 septembre 2013 4 12 /09 /septembre /2013 15:06

Je ne suis plus l'esprit tourmenté que j'étais,

Un simple paysan du cœur qui souhaite être cultivé.

On dit que par jour de pluie il ne faut jamais semer,

Pourtant ce sont bien mes larmes qui te cultivent en secret.

 

Je ne suis plus le rôdeur des ombres que j'étais,

Une simple vague parmi un océan de regrets,

On dit que par jour de grand vent il ne faut jamais voiler,

Pourtant ce sont bien ces brises qui me murmurent tes pensées.

 

Je ne suis plus le rescapé naufragé que j'étais,

Un simple Robinson qui souhaite être retrouvé.

On dit qu'il vaut mieux être seul que mal accompagné,

Pourtant c'est bien ta présence que je souhaiterais.

 

Repost 0
Published by Morgurgh
commenter cet article
12 septembre 2013 4 12 /09 /septembre /2013 14:47

Une rose majestueuse, une fleur dans un pot. 
Prête à t'épanouir, tu n'es retenue que par des mots. 
Je t'apporterais les nuages de milles océans,
Voguant dans nos âmes, caresseront tes sentiments. 

Je te laisserais te poser dans le creux de mes mains, 
T'y apporterais la douceur des plus beaux matins. 
Une bulle protégeant tes larmes, un cocon de chaleur,
Ne perleront de tes joues que l'or de ton bonheur.

Laisses-moi pénétrer l'essence infime de ton esprit,
J'y planterais les plus belles paroles promesses d'infini,
Une ode aussi pure que tes rêves inavoués.

Toi qui ne crois plus en personne qui puisse te magnifier,
Abandonnes-toi à mes mots et à mes doigts,
Il est encore un amour qui puisse naître en toi.

Repost 0
Published by Morgurgh
commenter cet article
9 septembre 2013 1 09 /09 /septembre /2013 20:45

Ce n'est qu'illusion, desespoir et regrets d'y croire,

Un simple baisé volé, ou même une vie entière à ses côtés 

N'est qu'un mensonge de l'esprit, des tourments et de la vie,

L'amour est un beau quartier dans les cités du Paradis 

 

Malheureusement sous vos pieds, et dans vos coeurs delabrés,

Il embrume les esprits malades et enrhume vos volontés. 

Passez vos vies à vous convaincre que vous avez bien choisis

Cette personne qui vous accompagne dans vos jours et vos nuits. 

 

Vous vendriez votre peau pour un peu d'affection

Trouvée au coin de la rue, en soirée ou autre part,

Dramatique âme errante sur les sentiers de l'illusion. 

 

Mes chers amis ouvrez les yeux pour voir que l'amour n'est pas de l'art. 

Qui corrompt le coeur, le corps et l'esprit,

Que l'amour n'est qu'un fardeau que l'on se force à croire.

Http://morgurgh.over-blog.org/

Repost 0
Published by Morgurgh
commenter cet article
7 août 2013 3 07 /08 /août /2013 20:01

Ce ne sont que des mots que je jette aux quatre vents,

Des pensées qui s'égrainent et se sèment finalement.

Je n'en récolte que l'amertume,

La douceur sucrée des songes qui s'écument.

 

Rêverais-je, incertain,

De notre histoire comme un feu qui s'éteint,

Réveillé jadis de belles paroles,

Un corps et une âme que mon esprit idole.

 

Une bataille des sens pour éveiller les tiens,

Une guerre perdue d'avance coulant de tes mains.

Ne prendrais-je qu'une profonde inspiration pour te dicter mes mots,

Comme autant de maux qui se dessinent sur ta peau.

 

N'offrirais-je comme présent que les larmes de mon sang,

Milliers de perles qui naquissent de tes gestes troublants.

Je reconnais ton sourire aux yeux qui m'inondent,

Comme autant de rires que ta beauté féconde.

 

Grondent encore les supplices de la veille,

Mon passé que tu enterres à merveille.

Je ne t’emmènerais pas voir le bout du monde,

Par peur qu'il ne préfère te garder comme muse vagabonde.

 

J'irais te cueillir les fleurs du paradis,

Celles qui ne germent que lorsque dans tes bras je faiblis.

J'échangerais mes proses

Pour qu'un jour, enfin, tu oses,

Ce que je ne puis faire,

De toi j'attendrai milles hivers.

 

Ma plume peut sembler tant de fois maladroite,

Ce n'est que par amour qu'elle dessinent ce que je convoite.

Entend mes soupirs comme autant d'appels à ton amour,

Ecoutes mes murmures qui appellent à ton retour.

Si enfin tu m'offrais la douceur et la chaleur de tes mots, 

J'irais caresser la cime de nos idéaux.

Repost 0
Published by Morgurgh
commenter cet article
6 août 2013 2 06 /08 /août /2013 17:50

C'est impardonnable je le sais.

Vouloir t'appartenir n'est qu'un rêve inachevé.

J'ai fait des fautes je m'en excuse,

Nombres de ratures qui m'éraflent et t'usent.

 

A vouloir te séduire,

Peut-être n'ais-je réussi qu'à gagner de me fuir.

Tu es un être unique à mes yeux,

Un coeur qui n'appartient qu'aux griffures

Que tu infliges à ta peau.

 

Laisses-moi simplement caresser ces entailles,

Comme tant d’emblèmes que tu caches sous tes failles.

Je voudrais apprendre de toi,

Comment tant de courage peuvent se glisser sous chacun de tes pas.

 

Tu m'impressionnes,

Et dans tes yeux je m'abandonne.

Je ne sais pas comment te dire ce que je ne peux écrire,

Liras-tu peut-être entre mes lignes, je ne m'en suis montré que trop indigne.

Si jamais la volonté venait à te rattraper,

fais-le moi savoir, je ne serais qu'un simple baiser volé.

 

Je veux simplement te montrer que la vie n'a pas que des ratés,

qu'il existe aussi des êtres sensible, à tes yeux et à ton esprit.

Me sentir comme un rongeur,

Qui n'attend que tu m'ouvres ma cage de malheur.

Un rat qui tourne dans sa roue,

Un bateau pris dans les remous.

As-tu peur de moi? Ne suis-je point à ton goût?

Que peux-tu donc faire de ça, je ne suis qu'un homme épris, après tout.

Repost 0
Published by Morgurgh
commenter cet article
10 juillet 2013 3 10 /07 /juillet /2013 18:18

On dort comme on oublie les heures qui nous défient;

Les rêves où nous étions magnifiques,

Ne sont plus que poussières oniriques.

 

Je pensais jadis que nous aurions pu nous sauver,

La fatalité naquit de ta volonté.

Seul à présent contre la misère du temps,

Accablé du malheur que tu voulu me faire porter.

 

Suis-je trop fier pour ne plus me révolter,

que déjà je voulais simplement oublier.

Espérant parfois contre ma volonté,

C'est ton coeur qui me fit saigner.

 

Hypocrite à tes erreurs que tu m'adossais,

Tu n'étais une colombe mais un corbeau de gré.

Jamais plus de tes griffes serais-je emprisonné,

Tout juste de ton sort je me suis délecté.

 

Je ne pense plus à présent qu'à m'envoler,

Trop longtemps d'une cage je fus le condamné.

C'est aujourd'hui libre que je souhaite avancer.

Sans ton souvenir qui m'empêche d'évoluer,

sans une espérance craintive de te voir me peiner.

 

Si des bras aimant venait à m'appeler,

Je m'y blottirais pour mieux m'y reposer.

N'ais-je besoin que d'une épaule pour pleurer,

J'ai envie d'un coeur pour m'y installer.

A qui saura m'offrir ce gîte de damné,

J'offre la promesse d'un avenir que je ne saurais qu'espérer. 

Repost 0
Published by Morgurgh
commenter cet article
6 juillet 2013 6 06 /07 /juillet /2013 20:05

Entends-tu au moins combien j'ai besoin de toi?

Entends-tu au moins toute ma peine d'être loin de toi?

Comprends-tu tout ces mots de détresse que je t'envoie,

Tant de fusées restées inaperçues?

Comprends-tu que c'est ton prénom qui est écrit dans mes vers?

Dois-je appeler à l'aide pour attirer ton regard?

Ce n'est plus seulement moi qui te réclame, c'est mon âme.

Les étoiles ne te remplacent plus dorénavant,

Nul alcool ne saurait éponger ces larmes.

Tu sais, je ne suis pas un grand,

Pas un héros, je ne sais même pas moi qui je suis vraiment.

Mais je sais que mes mains veulent se joindre aux tiennes,

Que mon coeur veut battre pour toi, que mes pensées veulent que tu les innondes,

Que chaque cellule de mon corps réclame le tien. Comprends-du...

Repost 0
Published by Morgurgh
commenter cet article

Présentation

  • : Errer n'est pas jouer.
  • Errer n'est pas jouer.
  • : Doutez de tout, y compris de ce que vous allez lire.
  • Contact

Recherche

Catégories